Voici tous Les dessous du séjours tumultueux de Paul Biya et Chantal Biya à Paris

0
PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

Une enquête révèle de nombreuses failles organisées et de nombreuses négligences de différents collaborateurs du président de la République.

Le 2e forum de Paris sur la paix a refermé ses portes mercredi, 13 novembre 2019. Au cours de cette importante rencontre de haut niveau le président de la République, Paul Biya a notamment pris part à un panel de haut niveau le mardi 12 novembre 2019 avec le Soudanais Mo-Ibrahim, la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo entre autres, le chef de l’Etat a abordé les questions de développement du Cameroun, les tendances de développement à travers le monde, les enjeux de la coopération internationale à la lumière des conflits qui interpellent les dirigeants de la planète dont la crise anglophone au Cameroun. Sur chacune de ces questions, Paul Biya a apporté des réponses, éclairages ou sa vision du monde.

Un fait est cependant venu polluer cette séquence. La coupure de l’oreillette du président dont le retour a été perturbé donnant l’impression de l’inadaptation du président camerounais à ce panel. D’après des informations recueillies auprès de différentes sources, Paul Biya a été piégé. De l’avis de certains, dans cet open space où se déroulaient les différents panels, l’oreillette lui servant de retour a été volontairement coupée. Conséquence, il ne suivait plus rien. Un compatriote présent dans le grand hall de La Villette soutient que «le paneliste avait sa feuille introductive de sujet mais s’est vu interrompre pour deux minutes du temps imparti. Il s’est agi d’une volonté délibérée de le présenter comme quelqu’un de déphasé».

Evénements contrastés et révoltants

De son côté une source proche de l’organisation soutien qu’il s’agit d’une panne due à une mauvaise appréciation des équipements. Une explication qui révolte l’entourage de Paul Biya qui s’étonne de cette succession d’événements les uns aussi contrastés et révoltants contre la même personnalité au cours de la même journée. Ce qui s’est passé en France a été planifié pour mettre le président en difficultés », soutient de manière tranchée un autre compatriote proche des services français de sécurité. Il s’interroge sur les choix du modérateur. «Le modérateur s’exprimant bien en français a décidé de poser des questions à un paneliste francophone en anglais (…) Et comme par hasard, les écouteurs traducteurs sont subitement tombés en panne technique au point que l’illustre utilisateur n’ait plus de réception »

Une autre source dit avoir pu rencontrer M. Mo-Ibrahim qui a fait des révélations. Au ce niveau aussi, on interroge le choix de Mo-Ibrahim. «L’objectif de Mo était-il d’humilier Paul Biya à la face du monde et démontrer à tous et surtout à la Russie que son partenaire camerounais est un homme du passé qu’il ne faut pas soutenir. Le plan aurait été organisé à partir du Quai d’Orsay», s’interroge-t-il. Ce à quoi, il faut ajouter les failles des collaborateurs du chef de l’Etat. D’après un diplomate, «les services de l’ambassade, les renseignements, le protocole et même le cabinet civil ont fait preuve de beaucoup d’ignorance, d’amateurisme, de laxisme, en un mot d’incompétence caractérisée», fulmine-t-il, interrogeant comment et par qui les dispositifs ont été explorés pour être expliqués au président de la République.

A ce propos, l’on apprend que c’est lundi, 11 novembre dans la soirée que le responsable de la Dgre cherchait à regagner la France. De sources concordantes, ce responsable de la Dgre et l’ambassadeur «sont à coûteaux tirés. Personne n’a donc averti de ces menaces». Au niveau des mesures sécuritaires à l’hôtel Meurice, on est tout aussi dubitatif. Une prétendue camerounaise résidant au Canada a appelé la réception à Paris pour annoncer que «eux les brigades anti-sardinards étaient en train d’arriver. Son interlocuteur de service a fait des curieux commentaires. Bien plus, des personnes ont également hué le président tchadien mais le préfet a instruit de former un périmètre de sécurité devant son hôtel. Pour ce qui est des consignes donnée pour notre président, ils ont demandé d’observer. Ils ont exploité le fait que tous nos services au Cameroun et en France n’étaient pas dans le coup. Les Camerounais ont fait preuve d’incompétence», s’étrangle une source sécuritaire introduite. Qui précise que les hôtels des autres présidents «étaient sécurisés, périmètre circonscrit. » décidément, le dernier séjour parisien de Paul Biya n’a pas fini de révéler ses secrets.

Source: camerounweb.com

LES ARTICLES LES LUS EN CE MOMENT:

Téléchargez notre application Android
PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here