Voici Le dernier passage de Cabral Libii à Vision 4 serait très instructif

0

En effet, alors que le monde observe la révolution pacifique qui transforme l’Algérie et le Soudan avec émerveillement, il est clair qu’au Cameroun, le président Paul Biya commence à devenir nerveux et la panique gagne ses milices. Plusieurs d’entre nous qui nous opposons au régime autocratique de Biya n’avons pas d’autre alternative que d’accentuer cette pression jusqu’à sa chute.

Et indéniablement la révolte contre la répression systémique des autorités camerounaises s’intensifie. Il arrive fréquemment au CL2P de demander si Biya et son régime réalisent vraiment que nous vivons en 2019, et que malgré tous leurs efforts, nous trouverons toujours une voix pour exprimer notre mécontentement : que ce soit dans la rue ou en ligne, ils ne peuvent plus nous faire taire.

Ainsi, en parlant de mécontentement, Cabral Libii est le dernier à exprimer son indignation sur le plateau de télévision Vision 4. Le CL2P reconnaît tout d’abord sa position politique et ses idées qui devraient nous intéresser, pas seulement sa personne.

Le CL2P a certes souvent été acerbe dans sa critique sur ce jeune leader politique Camerounais, parce qu’il nous était simplement difficile de lui faire confiance et d’imaginer par son positionnement équivoque de l’après dernier hold-up électoral qu’il était de notre côté, celui consistant à défendre à tout prix les droits humains et l’alternance démocratique au Cameroun. Il semblait davantage agir comme un politicien égoïste, notamment dans sa mobilisation relativement faible et distante contre l’incarcération arbitraire des autres opposants légitimes de ce pays (Maurice Kamto et ses camarades pour ne pas les nommer).

Force est d’ailleurs de reconnaître que le Cameroun ne fait pas exception en la matière. Car y compris dans les vieilles démocraties, les Hommes politiques ont tendance à surfer sur les déboires de leurs collègues, quand bien même ces derniers font l’objet de poursuites arbitraires et qu’ils s’en montrent d’abord indignés. C’est une des raisons pour lesquelles le CL2P déplore et condamne toutes ces attaques qui se concentrent uniquement sur la personne et/ou la cupidité alléguée de Cabral Libii. Alors même que la cohérence de son discours contre le régime en place et certaines de ses propositions mériteraient aussi de nourrir notre réflexion d’ensemble sur un système politique indéniablement à bout de souffle.

Cela dit, exprimer son mécontentement contre le régime de Biya n’est pas un programme politique.
Car la politique ne devrait pas porter sur les attributs des gens, mais sur leurs valeurs et leurs actions. Dans la pratique, le caractère importe et les politiciens doivent être capables de prendre des positions morales courageuses, y compris sur une imposture électorale. Au moment où nous parlons, M. Libii est toujours trop optimiste quant aux « réformes » espérées du régime de Biya, au point de positionner déjà son parti pour les prochaines élections législatives et locales contrôlées de bout en bout par le régime de Biya, en actant sans le dire l’élimination carcérale de ses autres concurrents légitimes du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) du professeur Maurice Kamto.

Ce que les gens doivent savoir, c’est que quiconque ne défend pas les droits de l’Homme et la Justice est à la fois sans principe et stupide.
Sans principe, car il ne se soucie pas de protéger les libertés qui sont essentielles pour exposer les crimes du gouvernement, et insensé parce que l’autoritarisme (contrairement à ce qui pensent quelques petits égoïstes et arrivistes) ne vient pas tout à la fois et d’un seul coup. Il avance lentement, en se normalisant petit à petit, jusqu’à ce que vous ne réalisiez pas qu’il est trop tard (y compris pour vous qui pensiez être aux petits soins du régime en place, sous bonne escorte de ses milices, reçu par ses représentants au nom voulu de la république…). Il s’est ainsi déployé pour Edzoa, Atangana, Engo, Marafa, Mebara, Kamto, etc….Alors si vous ne dites rien, soyez-en assurés, ils viendront aussi vous chercher le moment venu.

C’est pourquoi nous n’avons en réalité pas d’autre choix au Cameroun, que de lutter sans la moindre compromission contre l’injustice sociale et la tyrannie serpentine. Sinon les choses ne peuvent et ne pourront que s’aggraver pour nous tous.

Source: 237online.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here