Crise diplomatique: voici pourquoi le Nigeria accuse le Cameroun de violer ses droits!

0

Le gouvernement fédéral a accusé la République du Cameroun de violer l’accord conclu sur la libération des eaux du barrage de Lagdo au Cameroun.

Le Nigeria a affirmé que les autorités camerounaises avaient violé les termes d’un mémorandum d’accord signé entre les deux pays sur les opérations du barrage de Lagdo, provoquant des inondations dans certaines parties du pays, notamment dans les États de l’Adamaoua, Taraba, Benue et Kogi.

Le barrage de Lagdo fournit de l’électricité, de l’eau potable et irrigue des terres agricoles dans le nord du Cameroun, mais les rejets d’eau en excès provoquent généralement des inondations dans les communautés nigérianes situées au bord des rivières Benue et Niger, dans l’océan Atlantique.

Le gouvernement fédéral a déclaré lundi que le Cameroun avait admis avoir libéré de l’eau du barrage sans en informer le Nigeria comme convenu dans le protocole d’accord.

Clément Nze, Directeur général de l’Agence des services hydrologiques du Nigéria, a déclaré: «Après plusieurs semaines de refus, les autorités camerounaises responsables de l’exploitation du barrage de Lagdo ont confirmé à la NIHSA qu’elles avaient rejeté les eaux du barrage.”

Les “aveux” du Cameroun ont été communiqués dans une lettre envoyée jeudi à l’agence nigériane.

Dans la lettre publiée par Nze, les autorités camerounaises ont déclaré: «Cette année est une année exceptionnelle en termes de précipitations dans la sous-région.

«En ce qui concerne le barrage de Lagdo, les ailettes n’ont été ouvertes que vers le 10 octobre 2019 en prévision des inondations en amont, alors qu’en année normale, les pluies cessent de s’ouvrir vers la mi-octobre.»

Nze a été blâmé par le gouvernement camerounais pour expliquer les inondations. “Le développement actuel de la non-divulgation d’informations sur le fonctionnement du barrage de Lagdo par les autorités camerounaises va à l’encontre de l’esprit et de la lettre du protocole d’accord signé entre les deux pays”.

Le Nigéria est situé en aval de huit autres pays du bassin du Niger, à savoir la Guinée Conakry, le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la République du Bénin, le Tchad et le Cameroun.

Outre le dégagement d’eau du barrage, l’afflux d’inondations en provenance des pays et la date d’interruption prolongée des précipitations locales ont également entraîné des inondations au Nigéria.

Suite à ce développement, le Nigeria Hydrological Services Agency a demandé aux gouvernements des États d’Edo, du Delta, d’Anambra, de Rivers et de Bayelsa d’identifier les communautés proches du fleuve Niger et d’élaborer des plans adéquats pour l’évacuation rapide des personnes vers des lieux sûrs et surélevés en cas d’inondation.

«Les inondations des rivières qui se sont produites dans les États de l’Adamaoua, de la Taraba, de la Benue et de Kogi trouveront toujours leur chemin à travers ces États avant de se jeter dans l’océan Atlantique», a averti Nze.

Il a prévenu que «les États du sud connaîtront des précipitations de différents degrés jusqu’en décembre; par conséquent, des inondations pourraient encore avoir lieu ».

Source: Cameroonintelligentreport.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here