CAN 2019: Encore une mauvaise nouvelle pour le Cameroun, voici pourquoi!

0
268
PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

Pour ses premiers mots de pilote de la compagnie nationale de transport aérien, Louis Georges Njipendi Kouotou a choisi bougna.net. Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est un Directeur général plutôt serein (mai ému) qui s’est installé dans notre voiture.

Pour avoir été Président du Conseil d’administration de la compagnie, il connaît les dossiers. Mais n’oublie pas que le nouveau statut de Directeur général qu’il A quelques jours du début de la préparation de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), la sélection nationale du Cameroun devrait perdre l’un de ses atouts offensifs : Vincent Aboubakar.

Vincent Aboubakar pourrait manquer le stage qui débute le 4 juin prochain à Madrid et aussi… la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en Egypte. Longtemps éloigné des stades cette saison pour cause de blessure, l’attaquant camerounais du FC Porto est de retour à l’infirmerie.

Selon le site internet portugais ojojo.pt, l’ex-buteur du FC Lorient et de Besiktas s’est blessé mercredi à l’entrainement. Le Lion Indomptable souffre d’une « lésion musculaire à la cuisse gauche », apprend-on.

Si la durée de son indisponibilité n’a pas encore été révélée par son club, le Camerounais a manqué la finale de la Coupe du Portugal, remportée par le Sporting (2-2, 5-4 tab).

Notons que le Camerounais avait été victime d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche en septembre 2018. Depuis son retour en début mai, le joueur de 27 ans (8 matchs, 4 buts en championnat cette saison), avait commencé à montrer de bons signes de récupération. Au point d’être retenu parmi les présélectionnés de l’équipe camerounaise, en vue de la CAN.porte désormais sur ses épaules le contraint à prendre des décisions de loin plus lourdes que celles d’un PCA.

Acheter des avions, rouvrir les lignes internationales, mettre en application le Plan de relance de Boeing, assainir le climat social, ramener « L’Etoile du Cameroun » dans les cœurs des camerounais…là sont quelques points de la feuille de route de ce gros bébé d’environ 40 ans. S’il faut se fier à sa taille et à son poids, il a assez d’énergie pour atteindre ces objectifs. Mais l’expérience qu’on garde de cette compagnie nous montre aussi qu’une fois dans les airs, les apparences peuvent être trompeuses. En exclusivité sur bougna.net, le nouveau Directeur général de Camair-Co se confie, et écrit les premières lignes du cahier d’un retour…dans les airs.

Vous venez d’être porté à la tête de la Camair-Co, la compagnie nationale de transport aérien. Quel est votre sentiment ?

Je voudrai, humblement, exprimer ma profonde gratitude à notre père, le Dieu tout puissant, pour cette opportunité offerte. Et à l’endroit du Chef de l’Etat qui a décidé de renouveler sa grande estime à ma personne. Je suis très heureux, même si je mesure la grandeur des responsabilités.

Quelle est la feuille de route qui vous a été donnée ? 

Le ministre des Transports, le nouveau Président du Conseil d’administration, a dressé la feuille de route de cette équipe. Il a délivré le message du Chef de l’Etat. Voici les deux points importants à retenir de cette rencontre.

Mais il y a quand même que les camerounais attendent les avions, et le retour de la compagnie dans les airs, loin des zones d’ombre. Ce sont quand même là les grands challenges.

Les challenges, tout le monde connaît les difficultés que rencontre notre compagnie nationale. Il s’agit des problèmes de finance, de management, et les ressources humaines. Ce sont des challenges profonds. Nous voulons pouvoir compter sur tout le personnel de Camair-Co, ainsi que sur celui du gouvernement, les camerounais chacun et ensemble. C’est notre compagnie. Nous devons aller ensemble pour apporter des solutions. Pour que Camair-Co sorte de la zone de turbulence.

Pour parler plus concrètement, monsieur le Directeur général, qu’est-ce qui sera fait là, dès demain pour remettre Camair-Co dans les airs ? 

Dès demain, ce qui va être fait, c’est ce qui a été prescrit par le ministre des Transports. Il s’agit de la passation de service technique, à Douala. Ensuite, j’en parlais déjà avec le Directeur général adjoint, c’est la définition des priorités. Nous avons une connaissance sobre. Parce que anciennement PCA. Mais là, on entre dans les opérations. Nous irons en profondeur pour savoir quels sont les véritables problèmes, les étudier pour pouvoir apporter des solutions. Mais ceci se fera très rapidement. Ces problèmes concernent tant la flotte que le personnel.

Le ministre a indiqué le cas de Paris avant décembre. Pensez-vous que ceci est faisable, que c’est une projection réaliste ?

Je ne vais pas mettre en doute les propos du ministre des Transports lui-même. C’est le membre du gouvernement, en charge des transports. Nous allons nous y atteler. Nous prenons cela comme un défi à relever. C’est ce qui va être fait en fonction des moyens disponibles et selon les capacités mises en œuvre.

Source: Sport.com

LES ARTICLES LES LUS EN CE MOMENT:

PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here