Bagarre à Kondengui: voici ce qui s’est réellement passé!

0
PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

Il est difficile de s’avancer avec précision sur les dégâts humains ou matériels de la confrontation qui a éclaté mercredi au pénitencier de Kondengui à Yaoundé, entre prisonniers politiques anglophones et prisonniers “patriotes” et “républicains”.

L’affrontement qui a commencé au quartier 3 de la prison tendait à devenir une bagarre générale après que les quartiers de la prison où sont logés les prisonniers les plus dangereux (condamnés à mort) ont été ouverts pour permettre à leurs pensionnaires d’aller prêter main forte aux à leurs camarades du quartier 3 qui menaçaient à l’aide d’armes blanches de liquider les détenus anglophones.

Tout serait parti des admonestations adressées avec condescendance aux prisonniers anglophones par un certain Zanga Pierre, qui sans raison apparente, montre beaucoup d’hostilité vis-à-vis des anglophones depuis leur arrivée dans ce milieu carcéral. Il en aurait d’ailleurs l’habitude, au point où dans ce quartier 3 prévaut en permanence une atmosphère de vive tension entre les prisonniers politiques et les prisonniers de droits commun soucieux de plaire a celui que d’autres prisonniers disent être un agent travaillant pour les renseignements généraux à l’intérieur de la prison où il a été nommé par l’administration de la prison, à la fonction de Coordinateur de Quartier 3. « Il s’en est fallu de peu que Zanga tue qui avait entre les mains un poignard mette fin à la vie de son vis-à-vis. » explique un gardien de prison qui déplore le fait que pour réguler la tension, l’administration de la prison centrale ne trouve pas mieux que de rééditer l’infamie de juillet dernier, qui avait consisté à ouvrir le quartier des condamnés à mort. « J’ose espérer que nous n’allons pas finir la journée avec des morts et que par la suite, ce ne sont pas les anglophones, agressés, qui écoperont de peines de prison », conclut effaré le fonctionnaire de l’administration pénitentiaire.

Nous avons appris que le nommé Zanga à l’origine de l’esclandre est celui-là même qui avait désigné à la vindicte judiciaire ceux qui lors des émeutes de juillet, avaient cassé, incendié, agressé et tenté de s’évader en groupes.

Source: cameroonvoice.com

LES ARTICLES LES LUS EN CE MOMENT:

Téléchargez notre application Android
PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here